La reconstruction mammaire suite à un cancer du sein

de | 3 février 2016

La mastectomie parfois rendue indispensable pour le traitement du cancer du sein engendre très souvent chez la femme des désordres psychiques majeurs du fait de la perte d’une partie de sa féminité. L’intervention permet de refaire le sein et de rétablir le schéma corporel de la patiente. La reconstruction peut être assurée par différentes méthodes : prothèse isolée, utilisation du muscle du dos (lambeau de grand dorsal) ou du ventre (lambeau abdominal). Très souvent afin de parfaire le résultat esthétique, une plastie du sein controlatéral sera faîte. Dans certains cas, cette reconstruction peut se dérouler durant le même temps opératoire que la mastectomie (reconstruction immédiate).

Intervention

Toujours réalisée sous anesthésie générale, elle consiste à remplacer le sein enlevé par une prothèse mammaire, la plupart du temps en silicone qui donnera un bon résultat dans la mesure où la patiente n’aura pas subi d’irradiation sur le sein .Si la patiente a été irradiée, il vaut mieux envisager la reconstruction avec l’apport de peau saine, soit avec la peau et le muscle du dos, soit avec la peau et le muscle abdominal.L’intervention dans ce cas est plus lourde, mais permet de donner un sein plus naturel qu’avec une prothèse isolée. Il faut compter à peu près deux jours d’hospitalisation pour une prothèse seule, cinq jours pour un lambeau de grand dorsal, et dix jours pour un lambeau abdominal.

Suites opératoires

Elles sont essentiellement marquées par les douleurs qui sont les plus importantes avec le lambeau abdominal, nécessitant de la morphine les premiers jours pour les calmer. Il faut compter à peu près un mois d’arrêt de travail et d’activité sportives.

Résultats d’une reconstruction mammaire

Il faut se donner environ six mois pour obtenir le résultat définitif de la reconstruction du volume mammaire. La réfection de l’aréole du sein sera assurée par un tatouage, et la reconstruction du mamelon par la greffe de la moitié du mamelon contro-latéral. Ces deux gestes, qui se font sous anesthésie locale, permettent de redonner un sein pratiquement symétrique.

Complications

Suite à cette chirurgie mammaire la patiente peut souffrir de douleurs post-opératoires, hématomes, infections (très rares), le risque principal se situe avec le lambeau abdominal avec possibilité de nécrose partielle du sein reconstruit, et risque d’éventration post-opératoire.

 

Laisser un commentaire