La gynécomastie chez les hommes

de | 9 mars 2016

La gynécomastie est très fréquente, en particulier à certaines périodes de la vie : chez le nouveau né (60% des cas), puis au moment de la puberté (60% des cas) où elle disparaît généralement en moins de deux ans. Chez l’homme adulte, la gynécomastie survient dans 30% des cas environ (jusqu’à 60% des cas après 70 ans).

gynecomastie

Dans la grande majorité des cas, la gynécomastie est normale, ou « physiologique », ou « idiopathique », c’est à dire qu’aucune cause n’est retrouvée. Toutefois, avant de pouvoir l’affirmer, il faut pratiquer un bilan complet, à la recherche d’une éventuelle cause pathologique ou médicamenteuse. Ce bilan doit être réalisé par un médecin endocrinologue. Il comprend un interrogatoire, un examen clinique, et une prise de sang. Une échographie et/ou une mammographie sont souvent utiles pour préciser la composante glandulaire et éliminer une tumeur.

Parmi les causes pathologiques, c’est à dire parmi les maladies qui sont susceptibles d’entraîner une gynécomastie, il faut citer :

Parmi les causes médicamenteuses, c’est à dire parmi les médicaments qui sont susceptibles d’entraîner une gynécomastie, il faut citer : les oestrogènes, la cimetidine (TAGAMET®), la spironolactone (ALDACTONE®, ALDACTAZINE®).

Lorsqu’une cause est retrouvée, c’est bien sûr elle qui doit être traitée en priorité.

Dans certains cas, un traitement hormonal pourra être prescrit par l’endocrinologue pour réduire la gynécomastie.

La chirurgie esthétique de la gynécomastie

Le traitement chirurgical de la gynécomastie ne doit être envisagé qu’après échec du traitement médical. Ce traitement s’adresse particulièrement aux formes gênantes par leur volume ou leur sensibilité, ainsi qu’aux gynécomasties psychologiquement mal tolérées. Chez l’adolescent, il faut attendre environ 2 ans d’évolution avant d’envisager la chirurgie.

La lipoaspiration est une méthode qui ne peut être envisagée seule que dans le cas où le contenu des seins est constitué uniquement par de la graisse (fausses gynécomasties).

Dans le cas des véritables gynécomasties, la glande mammaire, qui est dure, ne peut pas être aspirée. Elle ne peut être retirée que chirurgicalement. Tout dépend alors de la taille du sein et de l’élasticité de la peau.

Lorsque la peau est élastique, et que le sein n’est pas trop gros, ce qui est la majorité des cas, toute l’intervention peut être réalisée par une incision courte et discrète. Située en périphérie de la moitié inférieure de chaque aréole, elle représente un petit demi-cercle.

En revanche, lorsqu’il existe un excès important de peau et qu’elle n’est pas élastique, les incisions sont horizontales, plus ou moins longues, situées au niveau des aréoles.

Enfin, dans le cas où le volume des seins est très important, les incisions horizontales sont bas situées, et les aréoles sont amputées et greffées.

Enregistrer

Laisser un commentaire