Le lifting cervico-facial

de | 29 février 2016

lifting cervico-facial

Le lifting cervico-facial est une intervention chirurgicale qui est habituellement pratiquée dans une clinique de chirurgie esthétique sous anesthésie générale.

Plusieurs jours ou semaines avant l’intervention, une consultation anesthésique est nécessaire, au cours de laquelle seront prescrits des examens biologiques (prise de sang) et éventuellement cardiologiques (électrocardiogramme).

Des photographies spécialisées sont également nécessaires.

Comme l’hospitalisation et l’intervention, aucune de ces consultations ni aucun de ces examens ne sont pris en charge par l’assurance maladie puisqu’il s’agit d’une intervention à visée purement esthétique. La totalité des frais est à votre charge, y compris ceux de l’arrêt de travail éventuel.

Comme toute intervention chirurgicale, le lifting cervico-facial comporte des risques de complications postopératoires, parmi lesquelles il faut citer plus spécifiquement :

  • l’hématome, qui oblige à une réintervention immédiate sous anesthésie générale. Ce risque est plus fréquent chez l’homme.
  • Les nécroses cutanées localisées (en particulier derrière l’oreille), qui prolongent de plusieurs semaines la durée de la cicatrisation et laissent des cicatrices larges.
  • L’infection est rare, mais possible.
  • L’alopécie (perte de cheveux) temporale peut être temporaire (quelques mois) ou définitive. Dans ce dernier cas, elle peut nécessiter une intervention spécifique 6 à 12 mois après le lifting.
  • Les cicatrices peuvent être larges ou hypertrophiques (en relief), de façon imprévisible. Elles peuvent parfois nécessiter une retouche chirurgicale lorsqu’elles sont larges et/ou des injections de corticoïdes lorsqu’elles sont hypertrophiques.
  • Les lésions du nerf facial, avec asymétrie de la mimique, sont rares et le plus souvent temporaires (quelques mois), mais elles peuvent être définitives.
  • Les lésions du nerf sensitif de l’oreille, avec gêne ou sensations douloureuses sur le trajet du nerf, et insensibilité du pavillon de l’oreille.
  • Les lésions du nerf spinal, exceptionnelles, peuvent entraîner une gêne à l’élévation de l’épaule.

Enregistrer

Laisser un commentaire