L’hypertrophie mammaire

de | 4 février 2016

Les techniques de « plastie mammaire de réduction » (ou « mammoplastie de réduction ») sont utilisées dans les cas où il existe une hypertrophie mammaire, syndrome associant une augmentation de volume des seins à une ptôse (ou chute du sein) liée à la pesanteur.

hypertrophie mammaire

Le volume d’un sein considéré actuellement comme « normal » en France se situe entre 200 et 350 cm3. On considère que de 400 à 600 cm3, l’hypertrophie est « modérée », que de 600 à 800 cm3 , l’hypertrophie est « assez importante », que de 800 à 1000 cm3 elle est « importante », et qu’au delà de 1000 cm3 elle est « très importante ». Le terme de « gigantomastie » est réservé aux seins dépassant 1500 cm3 .

Il n’existe pas de frontière nette entre un « sein normal » et une « petite hypertrophie » simplement disgracieuse. De même, il peut être difficile de distinguer un hypertrophie de moyenne importance et une hypertrophie très importante, voire une gigantomastie, qui appartiennent au chapitre de la pathologie, en raison de leurs retentissements locaux, généraux et psychologiques. Toutes ces distinctions sont subjectives et relatives. La plupart des femmes qui consultent pour cette chirurgie sont handicapées (diminution des activités, inconfort physique) par une poitrine volumineuse et ptôsée. Le seul critère de définition de la disgrâce devient alors celui de la souffrance de la patiente, à l’origine de la demande de correction chirurgicale

Les impératifs de la chirurgie de réduction mammaire sont :

  • la diminution du volume mammaire
  • le repositionnement et la viabilité de la plaque aréolo-mamelonnaire
  • des cicatrices cutanées les plus discrètes possibles
  • une forme harmonieuse et stable, adaptée à la morphologie de la patiente et à ses désirs.

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire